mercredi 31 octobre 2007

132. Kyōto, quartier de Gion : images de maiko (apprenties geishas)

Gion (祇園) est un district de Kyōto, l'ancienne capitale impériale du Japon. Le quartier n'est pas qu’un lieu de plaisirs. Il possède un passé historique et religieux chargé. Situé à quelques centaines de mètres du palais impérial et à peine plus loin du château de Nijō, tout y parle d’histoire, d’empereurs, de shôguns et de l'existence mouvementée des samurais. A Gion se trouve aussi le Kennin-ji, un haut lieu du zen qui abrite les restes de Dōgen, l’un de ses plus illustres maîtres.

Dans le dialecte de Kyōto, les geishas sont dénommées geiko (芸妓) et leurs apprenties maiko (舞妓).

La vidéo de cette page montre d'abord le petit sanctuaire shintō de Tatsumi situé dans la partie nord de Gion, près de la rivière Shirakawa. C'est là que les maiko vont prier les kami pour le succès de leur carrière. Les maiko sont chaussées de pokkuri, des socques en bois d’une dizaine de centimètres de haut.

Les lanternes rouges à motifs blancs sont typiques du district de Gion Kōbu. On les trouve devant les portes d’entrée des maisons de thé (chaya) et elles sont appelées tsunagi-dango (litt. : « boulettes de pâte liées »). Elles datent de la période d’Edo quand le shôgunat autorisa l’ouverture des premières maisons de thé. Les six cercles blancs qui les ceignent représentent ces boulettes de pâte liées entre elles par la ligne blanche. L'ensemble symbolise la solidarité entre les six districts de Gion.




Voir d'autres vidéos concernant les geishas et les maiko aux pages 3 et 24 (juin 2007).

En savoir plus sur le quartier de Gion en consultant Wikipédia : Lien

En savoir plus sur les geishas et les maiko en consultant Wikipédia : Lien



5 commentaires:

Ikasan a dit…

Encors merci "Au japon chez vous" de nous faire partager au fils de ses billets le meilleurs du Japon.

Ikasan
http://petit-gion.com

Rom a dit…

Bravo pour votre blog passionnant sur un pays et un peuple passionnants et uniques. Je suis personnellement un passionné du cinéma japonais, des années 50 à aujourd'hui, des grands maîtres (Naruse, Mizoguchi, Ozu, Kurosawa...) aux films de genre (yakuza eiga, kaiju eiga ...) ou d'exploitation en passant par les animés.
Grâce à vous, je crois savoir enfin le nom du chant d'Hoichi dans Kwaidan (Heike Biwa ?) ou celui qu'on entend dans Blade Runner.

www.kusanagimotoko.blogspot.com

Philippe Costa di Costanzo a dit…

Rom, merci pour le commentaire. Je viens d'aller faire un tour sur vos blogs qui semblent très riches. Mais il y en a tellement que ça mérite un nouveau voyage... Et puisque vous aimez les chansons du cinéma indien, j'espère que vous avez visité notre page 63, du mois de juillet dernier :

http://lejaponchezvous.blogspot.com/2007/07/63-film-indien-boot-polish-prakash.html

Un remède à la morosité, non ?

Meilleurs sentiments.

Philippe Costa

Rom a dit…

Je viens de visiter cette page 63, j'aime beaucoup l'extrait, à la fois drôle et entraînant. Les cultures de l'Inde et du Japon sont tellement riches. Surtout, elles procurent effectivement beaucoup de bonheur et d'ivresse.

Anonyme a dit…

hi, new to the site, thanks.