mercredi 29 juillet 2009

344. A Paris, les Japonais pètent les plombs...

Les Japonais nomment « syndrome de Paris » ou « mal de Paris » des réactions morbides chez un certain nombre d'entre eux et que des psy-quelquechose à courtes vues attribuent à un séjour, long ou bref, dans la capitale... Une « mystérieuse maladie » (sic) frapperait ces êtres « fragiles » ou « fragilisés » (épithètes utilisées dans deux vidéos de cette page).

De notre côté, nous estimons que les conditions d'un séjour à Paris - pas toujours roses, il est vrai - ne sont que de simples déclencheurs d'un « syndrome » ou d'un « mal » plus profond qui réside dans la psyché japonaise elle-même.









1 commentaire:

lemont a dit…

Caractères généraux du syndrome du voyageur

Il est caractérisé par un certain nombre de symptômes psychiatriques comme des états délirants aigus, des hallucinations, un sentiment de persécution (conviction délirante d’être victime de préjudices, d’agressions, de l’hostilité d’autrui), une déréalisation, une dépersonnalisation, de l'anxiété, et également des troubles à expression corporelle comme des vertiges, une tachycardie, des sueurs, etc.

En fait, le tableau clinique observé est assez variable, mais il a la caractéristique de survenir au cours d'un voyage qui confronte le voyageur à des choses inconnues de lui, qu'il n'a pas anticipé, alors que ces symptômes là n'existaient pas avant le voyage et qu'ils disparaissent avec un retour dans le milieu habituel. Cela le différencie du voyage pathologique dans lequel ce sont des troubles psychiatriques pré-existants qui conduisent à accomplir un voyage, généralement dans un contexte délirant.

Plusieurs syndromes du voyageur ont été décrits, dans différents contextes, avec des sources plus ou moins importantes.